Chroniques d’un estomac sur pattes

Chef' table presentation

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé manger. Enfant, le pire outrage que l’on pouvait me faire subir était celui de me faire diner avec, mais surtout comme les autres enfants, à l’occasion des repas de fête. La faute bien sûr à mes parents. Gourmands et curieux, ils n’ont pas pu s’empêcher de nous élever, mon frère et moi, selon les plaisirs de la bonne bouffe. J’étais même de ces enfants qu’on préfère avoir en photo qu’à table apparemment…

Cette éducation s’est aussi opérée grâce à la télévision, grand outil d’information à cette époque. Et oui, les temps changent… Il nous était par exemple difficile de déjeuner sans le « Bon appétit bien sûr » de Joël Robuchon. Cela n’avait pas la même saveur quand cela arrivait.

De la gourmandise aux premiers pas en cuisine

Ado je n’avais pas forcément l’occasion d’apprendre à cuisiner puisque la cuisine était l’espace réservé à ma mère. Mon père s’y aventurait de temps en temps mais je n’avais alors pas son audace. Ce n’est qu’en déménageant quasiment deux ans à Paris, pour mes études, que j’ai pu tenter quelques petites expériences culinaires, dans mon 9 mètres carré, au sixième étage… Est-ce bien utile de préciser qu’il n’y avait pas d’ascenseur ?La vraie révélation a été provoquée par la série Netflix (mon meilleur ami) : Chef’s table. Cette émission a propulsé ma gourmandise et mon intérêt pour la cuisine à un niveau de fascination que je ne soupçonnais pas.

Binge watching sans indigestion

Massimo Bottura, Dan Barber, Francis Mallmann, Niki Nakayam, Ben Shewry, Magnus Nilsson,  Grant Achatz, Alex Atala, Dominique Crenn, Enrique Olvera,  Ana Roš, Gaggan Anand… Tous ces chefs issus d’horizons géographiques très divers y proposent tour à tour, leur vision exceptionnelle de la cuisine. L’émission concentre tous ces parcours. On se prend au jeu, on rêverait de s’asseoir à une table de l’Arpège ou de l’Osteria Francescana et on est sidéré par la personnalité de ces femmes et de ces hommes qui ont marqué, marquent ou marqueront l’histoire de la cuisine.

Le fond et la forme aux petits oignons

Cela commence avec un générique à l’esthétique ultra-travaillée. Difficile de ne pas avoir l’eau à la bouche dès les premières secondes grâce aux gros plans sur les réalisations culinaires des chefs. Le tout est en plus sublimé par un extrait de l’Hiver des Quatre saisons d’Antonio Vivaldi.
Les caméras parviennent à capter l’essence de chacun des cuisiniers. Elles mettent successivement en valeur leurs souvenirs, leurs gestes et leur ancrage dans une culture qu’ils embrassent, entretiennent et détournent au gré de leurs inspirations. La plupart d’entre eux sont avant tout l’étendard d’un pays, d’une cuisine que l’émission présente à travers un tour d’horizon des différentes régions du chef, de ses différents plats et de son entourage toujours primordial. D’autres sont parvenus à travers leurs voyages, leurs rencontres à synthétiser des saveurs et à créer des recettes originales et surprenantes ou simplement à s’approprier des cuisines d’horizons variés.
Au-delà même de la cuisine, chaque chef se révèle à travers une histoire touchante. L’enfant gourmand plâne au-dessus de chaque entretien. Au détour d’une anecdote, on apprend par exemple que Grant Achatz a vaincu un cancer terrible, qu’Ana Ros est complètement autodidacte ou que l’embargo alimentaire russe en 2014 a permis au chef russe Vladimir Mukhin d’obtenir le succès auquel il oeuvrait depuis longtemps. Vous aimerez donc à la fois la cuisine ainsi que les personnes qui la subliment.

Le rêve à portée de bouche… ou presque !

Voyagez sur votre canapé, au gré de vos envies de ramen, de légumes, de sashimis de thon et de morceaux de culture. Il ne manque qu’une chose pour céder à la tentation : l’invention concrète de l’odorama télévisé. En effet, le jour où les programmes culinaires seront accompagnés d’un diffuseur d’odeurs en accord avec les images, je pourrais bien passer ma vie devant ces programmes. A défaut de pouvoir entamer un tour du monde de ces restaurants, faute de moyens financiers nécessaires, permettez vous de rêver un peu !


Si vous souhaitez approfondir le sujet des émissions de cuisine à la télé, je vous conseille de lire ce très bon article ici !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s