L’Ecosse, kilt de détente

A la manière de deux gagnants du loto à contresens sur la route des vacances, septembre était pour nous synonyme d’évasion. Pour la première fois depuis le début de mon existence, j’allais décider, en partenariat avec mon amoureux, du contenu complet de nos vacances. La destination a été facile à choisir.

La verdure, les highlands et les grands lacs nous appelaient à chaque diffusion de Braveheart ou d’Outlander (avant le drame qu’est la saison 3). Nous avons eu la chance de compléter notre petit tour d’Ecosse par un week-end à Londres puisque nous avons de la famille sur place. Toutefois, je me contenterai d’évoquer l’Ecosse ici, la découverte de Londres ce sera pour un autre jour, qui sait.
Pour évoquer brièvement les préparatifs, je me suis beaucoup abreuvée d’articles de blog sur l’Ecosse. Toutefois, en bonne fille de ma mère, j’ai surtout fonctionné à l’ancienne, c’est-à-dire munie du guide du Petit futé qui nous a été de très bons conseils !

Volume 1 – Edimbourg la Grise

L’aventure a débuté par un vol en fin de matinée, départ Orly Sud avec trop d’avance, comme d’habitude. Après un vol sans encombre, nous sommes arrivés à l’aéroport d’Edimbourg où nous avons pris le Air link, navette qui nous a déposé au cœur de la ville. Notre premier logement, un appart Airbnb se trouvait à Leith, quartier populaire et résidentiel au nord-est de la ville.Chaussés de nos baskets de randos, trop volumineuses pour rentrer dans notre valise, nous avons eu la merveilleuse idée de nous rendre à notre lieu de résidence à pieds. Deux heures plus tard, affamés et déjà fourbus du voyage, nous entamions enfin notre première découverte à pieds (et un peu en bus) de la ville. Sous un crachin typique et attendu, nous avons erré tranquillement dans les rues parallèles de New town puis dans celles plus sinueuses d’Old Town.
Calton Hill : superbe point de vue Edimbourg est une ville coupée en deux, un peu comme Paris mais sans la Seine. A la place, la frontière est figurée par un joli parc, les jardins de Princes Street. La nouvelle ville n’est plus toute jeune puisqu’elle date du XVIIIème siècle mais la différence avec son ainée est impressionnante. On y trouve de nombreuses rues commerçantes ainsi qu’une multitude d’hotels, de restaurants et de pub. En longeant les jardins et cette frontière, nous avons atteint l’un des points culminant de cette ville bâtie sur des collines volcaniques, Calton Hill. Nous sommes restés un moment à contempler la capitale sous tous ses angles.

Nous avons apprécié nous balader dans les rues plus étroites de Rose St et de Thistle St dans lesquelles vous trouverez un tas de pubs typiques qui attirent dès la fin de l’après-midi une foule assez importante. Vos chances de vous poser comme bon vous semble pour boire une pinte ou un dram (verre de whisky) sont malheureusement assez limitées, comme nous avons pu en faire l’expérience. Si certains ont des conseils à ce sujet, faites vous plaisir. Cela pourrait servir pour d’autres ou pour une prochaine fois.

Royal Mile, l’artère principale d’Old Town.


Le jeune quartier c’est bien sympa, mais nous voulions de l’écossais de conte de fée, du vrai spectacle de cornemuse. Direction Old Town, toute. Le château est le point le plus haut de la ville et se trouve à l’opposé du Holyrood Palace que nous n’avons finalement pas visité pour la bonne raison que le coût de la visite nous semblait un peu onéreux pour voir la chambre d’amis de Lizzie et Philip. De manière générale, les visites de monuments et de musées sont comprises entre 15 et 25 livres ce qui peut vite monter à deux. Nous avons donc suivi la Royal Mile jusqu’au château puis nous avons rebroussé chemin et sommes rentrés en bus pour diner dans notre quartier.


Le lendemain, en bon touristes que nous étions, nous sommes retournés prendre un délicieux brunch écossais dans la Old Town et nous sommes partis à la découverte de notre premier château qui contenait les joyaux de la Couronne. Selon le proverbe, château visité, ventre affamé il nous fallait grignoter. Une fois rassasiés, petite descente digestive de Castle street vers le Holyrood Palace, que nous n’avons pas visité, vous suivez ? En allant vers le Holyrood Park afin de profiter d’un rayon de soleil, nous avons croisé le Parlement dont l’architecture détonne totalement avec son voisinage puisqu’il est beaucoup plus récent.

Baroudeurs que nous sommes, nous avons fait le retour à pied au airbnb en fin d’aprem. Samedi aprem oblige, nous avons croisé en chemin des supporters dont les couleurs laissaient penser qu’un match de Quidditch opposant les Gryffondor aux Serpentard venaient de se dérouler. Magique ! Puis une fois arrivés à « domicile », un peu épuisés, nous avons délicatement rejoint les bras de Morphée, sans demander notre dû. Il fallait bien être en forme le lendemain matin afin de poursuivre notre aventure dans l’Ecosse mystérieuse et envoutante.
Evidemment, nous sommes loin d’avoir découvert Edimbourg comme il faut. Par exemple, nous n’avons fait aucun musée. Ne restant qu’un week-end, nous avons privilégié la découverte extérieure. Nous reviendrons surement, à la retraite.

Où manger ? (Du moins où nous avons mangé nous et que c’était bon)

  • The Royal McGregor 154 High Street. Pour un bon brunch écossais classique ou végétarien, copieux à souhait et à l’ambiance très sympathique. Recommandé par Buffy Mars sur son blog.
  • Nobles à Leith 44 A Constitution Street. Ici la déco était quelque peu chargée tout en étant pop et agréable, le service sympa, musique d’ambiance et fréquentation soutenue. Je me souviens d’une cuisine de qualité quoiqu’un peu onéreuse. Le choix de bières était plutôt riche et pour un premier diner écossais, ça nous allait très bien. Le clou du spectacle reste qu’il y avait de la place et puis c’était juste à côté de notre logement.

Volume 2 – Glencoe et Loch Lomont : coupage de souffle garanti

La deuxième étape de ce voyage consistait à quitter la capitale pour aller se perdre un peu dans les promesses d’infini des vallées et montagnes de la région du Lac Lomond dans le Trossachs National Park.


Balloch, village pittoresque idéal pour déjeuner.

Le contraste avec la ville était formidable et tout à fait dépaysant. Nous avons passé quasiment toute la journée sur la route, à s’arrêter dès qu’un paysage nous faisait rater un battement de coeur. Autrement dit, on a frôlé l’arrêt cardiaque tellement c’était fréquent.
Après avoir déjeuné à Luss, nous avons traversé le village touristique mais tout à fait sympathique de Balloch, situé au bord d’un lac (fou), puis nous avons improvisé grâce au guide, une ballade vers une petite cascade toute mignonne.

De l’eau partout, des reliefs colorés, du silence naturel et apaisant et très peu de pollution visuelle comme on peut en avoir par chez nous (ni cables électriques, ni installations disgracieuses). Nous avons parcouru un véritable paysage de quiétude.
Le soir, nous avons dormi dans une yourte dans le jardin de notre hôte trouvée sur Airbnb. La présence réconfortante du poêle et l’originalité du lieu auraient pu faire de cet épisode un moment parfait, mais c’était sans compter la présence de nombreuses araignées peu sympathiques. Je tiens à les remercier car elles m’ont tout de même permis de finir Au-revoir là haut de Pierre Lemaitre. En revanche, notre hôte était elle très sympathique. Le lendemain matin, elle nous a concocté un petit déjeuner composé notamment d’un porridge au whisky absolument délicieux et croyez-moi j’étais la première étonnée puisque je suis d’ordinaire davantage amatrice de salé. Une fois rassasiés, nous sommes partis vers notre prochaine destination.


Où manger ?

  • The Village Rest à Luss simple, copieux et mélange entre de la cuisine écossaise et des plats moins britanniques comme des burritos.
  • Mohr 84 Balquhidder Loch Lomont dont le cadre travaillé et très agréable sublime une cuisine moderne et délicieuse. La carte était variée et le personnel très serviable.

Volume 3 – Touch the Skye Island

Cœur de notre voyage et île incontournable pour toute personne qui envisage de se rendre en Ecosse, Skye a les défauts de son succès : peu de véritables habitants, des milliers de Bed & Breakfast et pas mal de monde pour découvrir les endroits les plus incontournables. En voiture, le tour de l’île peut aisément se faire en deux jours. L’île est surtout un excellent spot pour randonneurs.
Sur ce bout de Terre, les couleurs sont celles de l’automne. Le jaune et l’orangé se mêlent au marron des flancs de montagne. L’eau se faufile dans tous les interstices et creuse de magnifiques cours d’eau. Le romantisme de certains endroits est réputé. Cela a d’ailleurs inspiré un couple de jeunes mariés venu faire des photos, surement splendides sur les falaises du Storrh.
Quelques spots cools à souhait : les Fairy Pools, le Storrh et les routes qui serpentent à travers des villages côtiers composés parfois d’une dizaine d’habitations seulement.Portree qui fait office de capitale de la région, a beaucoup de charme et on y mange très bien si on suit le guide et si on réserve en avance.

Où manger ?


Sea breezes, 2 Marine Buildings Portree : Amateur.ce de langoustines, foncez-y les yeux fermés, serviette autour du cou et la bouche grande ouverte ! Plus onéreux que la moyenne, donc onéreux, ce resto n’en est pas moins incontournable pour la fraicheur de ses produits et la qualité de leur préparation. J’ai cru comprendre que le pavé de saumon n’était pas mal non plus…

Volume 4 – Dunvegan et Urquart : vie de châteaux

Avant de quitter l’île nous sommes aller au Dunvegan castle, si vous n’êtes pas fan des châteaux les jardins sont tout de même à voir et l’emplacement du château lui-même est agréable. En reprenant le pont qui fait la liaison avec le « continent », nous avons croisé un autre château. La route est un peu plus plate que précédemment mais elle longe toujours autant d’étendues d’eau jusqu’à une étendue qui abriterait un dangereux monstre… Luigia ou Mewto ça dépend des versions. Même si on ne jouait plus à Pokemon go depuis au moins un an, nous nous sommes arrêtés pour tenter d’apercevoir la légende. Hélas, nous avons fait chou blanc et pour ne pas nous ennuyer nous avons décidé de visiter les ruines d’Urqhart, ancien château détruit par les Ecossais eux-mêmes, surplombant le méconnu Loch Ness….
Pour notre alimentation, je ne me souviens plus précisément mais je crois qu’on devait en être à notre sizième fish and chips et de la friture commençait à nous pousser sur le dos des phalanges.


En somme, encore de belles découvertes, des lieux chargés d’histoire et d’âme. Tout cela sous un ciel qui commençait sérieusement à devenir chargé et pluvieux. Le pays ne pouvait pas faillir à sa légende.

Volume 5 – Cairngorm park sous la pluie et panda roux

Dernier épisode de notre périple écossais : la nature préservée de Cairngorm park. Hébergés en plein coeur du parc dans une petite cabane moins idyllique que prévu, nous avons troqué une journée rando par une journée repos et zoo du fait d’un temps peu propice au gambadage. La chance venait de tourner, nous venions de perdre notre trèfle porte bonheur qui est de toute façon le symbole de l’Irlande et non de l’Ecosse. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, nous avons profité de cette pause pour recharger nos batteries en écoutant du Michel Sardou et du Julien Clerc. Typique bien entendu. Frais et dispo, la chanson française ayant chassé les nuages, nous avons profité le lendemain, pendant une courte matinée de 10% à peine des richesses du parc, nous promettant avec ferveur de revenir un jour pour réellement randonner.


Avant de prendre l’avion direction Londres, nous avons eu le temps de faire un petit tour à Inverness sans être bouleversés par ses joyaux.
Ainsi s’est achevé notre voyage, le premier d’une longue série de ce genre je l’espère. J’en suis assez fière. Déjà pour avoir organisé et planifié notre itinéraire sans trop négliger les éléments temps, budget et attente de chaque endroit. Egalement pour avoir pensé à immortaliser au maximum la découverte de lieux magnifiques et de moments d’exception grâce aux photographies, choses que nous ne faisions que très peu auparavant. Enfin je suis très heureuse d’être partie avec le meilleur pilote à gauche de France, ensemble nous avons su adapter nos envies au jour le jour sans jamais négliger l’autre et nous avons découvert de magnifiques bouts de Terre.


Maintenant j’ai hâte de déterminer des nouvelles destinations. Quelles seront les vôtres cette année ?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s